Le Cocon Solidaire, naissance d’un projet de femme pour les femmes

Temps de lecture : 3 minutes

Article #2 – Auteure : Vanessa B.

Il était une fois…

… Une jeune femme, Déborah Glohr. Après avoir travaillé pendant près de douze ans au sein d’entreprises privées et publiques en tant que cadre sup, elle décide de radicalement changer de voie.  D’un point de vue personnel, elle avait déjà réalisé un certain nombre de transitions pour changer sa façon de s’alimenter, s’informer ou de consommer. Sa vie professionnelle au service d’actionnaires ne correspondait donc plus vraiment à ses valeurs. « On consacre 80 000 heures de sa vie à son travail, rappelle-t-elle, il était donc nécessaire que je change de voie, en mettant l’humain au cœur de mon quotidien. Et cela m’a semblé d’autant plus important de m’intéresser aux enjeux de solidarité et de convivialité, qui font défaut dans notre société ».

Un projet à la résonance personnelle

Le déclic, elle le tient de sa maman. Veuve à 42 ans, elle reprend ses études et retrouve un emploi pour pouvoir subvenir aux besoins de Déborah et de ses deux sœurs. « En vingt ans, ma maman n’a pas refait sa vie. Elle a parcouru un long chemin, avec force et courage, pour nous aider à nous construire et nous permettre de prendre notre envol. Mais plein de solitude, et on sait très bien que lorsqu’elle est subie, celle-ci apporte une souffrance silencieuse et des fragilités, qu’elles soient sur les plans de la santé, émotionnelle ou physique, de l’emploi ou du logement par exemple. Toutes les sphères de la vie peuvent être touchées ».

Une reconversion tournée vers l’économie sociale et solidaire

En questionnement, Déborah décide donc de se reconvertir professionnellement vers l’économie sociale et solidaire. Elle est accompagnée par l’Institut Transitions depuis septembre 2020 pour lequel elle doit réaliser un mémoire d’étude. Le sujet est vite identifié : la solitude féminine. L’Observatoire des solitudes a ainsi montré qu’en 2020 ce phénomène touche plus de 7 millions de Français de 15 ans et plus. 

La Fondation de France publie son 10e rapport annuel sur les solitudes et partage les 10 enseignements de l’étude Solitudes 

Une grande partie se retrouve être des femmes, qui sont exposées à des conditions de vie plus difficiles. Ce projet fait aussi écho au développement d’une prise de conscience des  fragilités et injustices que ces dernières connaissent : les mouvements #MeToo et #Balancetonporc ont libéré la parole, les illustrations d’Emma sur la charge mentale ont accéléré la nécessité de faire changer les choses « Il me paraissait important d’aider les femmes, qui jonglent souvent entre 3 agendas : celui d’employée, de maman et de femme… Quand il leur reste un peu de temps et d’énergie pour s’en soucier. Le projet du Cocon est donc de les aider à sortir de leur solitude et révéler tout leur potentiel ».

Une réflexion en construction grâce à de nombreuses rencontres 

Parallèlement à la rédaction de son mémoire, Déborah développe le projet du Cocon. En cela, elle est aidée par la pépinière d’initiatives citoyennes Anciela et par l’incubateur régional Alter’Incub, qui l’accompagnent tous deux au développement de l’initiative, notamment par le biais de rendez-vous de suivi, de formations spécifiques, de mises en relations ou encore de temps d’intelligence collective. 

Elle enchaîne également les rendez-vous avec des acteurs institutionnels ou des organismes au contact de ces femmes, comme des Centres Sociaux ou des antennes du Planning familial. Son énergie lui permet aussi d’attirer autour d’elle des bénévoles, qui partagent ses valeurs humaines et qui sont sensibles au projet.

« Un proverbe africain affirme une idée importante pour moi : Si les femmes baissaient les bras, le monde s’écroulerait. Notre objectif avec le Cocon est de trouver comment faire pour que ces femmes relèvent la tête, se réouvrent au monde et ne baissent pas les bras ! » 


Pour plonger dans l’univers culturel ayant contribué à inspirer ce projet : 

Et vous, à quoi vous fait penser le projet du Cocon Solidaire ? Qu’avez-vous lu, vu, découvert qui s’en approche plus ou moins ? Partagez-nous vos réflexions en commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *